Philippe LANDERLOOS
Mise en scène:
C’est en 2003 que Philippe suit ses premiers cours de théâtre au sein de l’ASBL « Bas les Masques » à Mont-saint-Guibert. Il se joint à la troupe « Arts scéniques » avec laquelle il jouera jusqu’en 2007.                                                   
Parallèlement, en 2004, il monte sur les planches du Waux-Hall de Nivelles pour y interpréter le rôle du poète Gringoire dans la comédie musicale « Notre Dame », entouré de cent cinquante élèves et trente professeurs de l‘ IPAM, école nivelloise dans laquelle il enseigne à l’époque.
Depuis 2006, il participe mensuellement en tant que chanteur et comédien au « Cab’artistes » du Chapeau Rond Rouge à Etterbeek. Il en prendra la présidence et la direction artistique durant trois années.
De 2010 à 2014, il suit les cours de théâtre de Manuela Leone à la « Maison de la Création » de La Hulpe où il jouera, entre autres : « Après la pluie », « Liaison pornographique », « Black comedy ».
En 2015 et 2016, il interprète avec ses comparses « Les Mots Cœurs » une série de sketchs sous le titre « Que les vaches rient ». C’est là qu’il en vient pour la première fois à la mise en scène en partageant cette tâche avec son ami, Mathieu Bouteligier.
A la même époque, il participe plusieurs fois au théâtre de rue des « Ages Moyens » en jouant des farces médiévales aux fêtes de la Saint-Georges à Grez-Doiceau.
Philippe est également auteur de trois pièces et un monologue, tous joués en France par des troupes amateurs. L’une de ses œuvres « Lutte russe » a été jouée en mars 2017, chez nous, à Court-Saint-Etienne par la troupe « Côté Court », créée par l’auteur. Il a assuré lui-même la mise en scène du spectacle.
Cet homme aux multiples facettes artistiques devient aussi graphiste lorsqu’il réalise régulièrement les affiches de nombreux spectacles auxquels il participe.
Depuis 2012, le Rideau Vert compte Philippe parmi ses comédiens. Nous l’avons applaudi dans « La chambre mandarine », « Mon Dieu, mon Dieu, tout mais pas ça!», « Quelle famille », « Les enfants d’Edouard » et « Diable d’Homme ».
Depuis qu’il est devenu co-président de la troupe en 2015, il ne ménage pas ses efforts pour organiser et dynamiser sans cesse les spectacles. Toujours prêt à relever de nouveaux défis, il accepte cette saison la mise en scène de « L’alarme fatale », poussé par la confiance de ses comparses et par Marc Herman lui-même. Double défi pour lui : il interprète également un rôle dans la pièce.
Gageons qu’il ne s’arrêtera pas là et nous réservera encore d’autres surprises dans les années à venir !